Ouverture du forum ; « Rejoignez nous les p'tits loups on vous mangera pas ! »  .
Divertissement ; « Resultat du concours de la meilleur fiche ici ! »
Actualités ; « Lancement d'une intrigue, venez la commentez ici ! »

AuteurMessage


avatar



Messages : 118
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 21
Localisation : Dans le monde des loulilol !


« Identité »
Clan, Sous clan: Police, Robots
Race: Loup garou génétiquement modifié
Plus:

MessageSujet: Mission spéciale [PV Aless ♥] Lun 25 Avr - 11:59

[Attention ! Ce post, par quelques allusions sexuelles, peut choquer la sensibilité des plus jeunes ! Je ne classe pas tout le sujet en hentaï, mais la lecture de ce post est déconseillé au moins de 10 ans. Merci.]


Meï-K avait été placé sous les ordres du colonel Tom Hellins le 8 janvier 2011, quelques jours à peine après sa robotisation. C'était un homme grand, d'une quarantaine d'années, très musclé, des cheveux blonds très clairs, et un regard mauvais, méprisant et dédaigneux en toutes circonstances. Dès le premier jour où ils s'étaient rencontrés, le colonel Hellins avait détesté Mei. Il était tout simplement répugné à l'idée de devoir se trouver dans la même pièce qu'une créature magique. Une chose répugnante, différente de lui, donc forcément inférieure. Dans son travail, il ne la ménageait pas. Il lui donnait souvent les pires missions, les plus difficiles. Il était satisfait lorsqu'elle rentrait blessée, épuisée. Hélas pour lui et son sadisme, cela n'arivait presque jamais. Car dès ses premiers jours de service chez les forces de l'ordre, Mei montra une habilité particulière au combat et dans l'arrestation des rebels. Hellins avait beau toujours plus lui en faire baver, Mei résistait à toutes les épreuves. Alors la colère du colonel pour sa jeune élève montait de jour en jour. Elle éclata le jour où il apprit qu'on avait donné à l'agent Meï-K une chambre à part, en raison de ses services rendus aux forces de l'ordre. Une chambre à part ? À elle, une minable rouge, une minable créature magique ?! Sa colère fut si grande que le soir même, il frappa durement la jeune femme. Bien sûr, Mei aurait pu se défendre, mais elle devait toujours obéir, tel était ce qu'elle se répétait chaque jour. Alors elle s'était laissé frapper, et après que son supérieur se soit défoulé, elle était rentré dans sa chambre, le regard toujours aussi inexpressif et terne, comme à son habitude. Oui, Hellins haïssait vraiment Mei. Mais depuis quelques jours, il avait un nouvel objectif. L'envoyer à la mort. Cette fois pour de bon.

Ce matin, Meï-K se rendait vers le bureau du colonel, comme à peu près tous les matins deux fois par semaine, pour recevoir un ordre de mission. Les autres jours, elle s'occupait de la surveillance des quartiers et de la pension. Les missions consistaient principalement à découvrir des réseaux d'espions rebels, ou à protéger des bases secrètes qui risquaient d'être infiltrées. Mais cette fois-ci, c'était un peu spécial, car Mei allait effectuer sa mission avec une autre femme des forces de l'ordre, très compétente, d'après le colonel Hellins, mais dont elle n'avait jamais entendu parler.
Vêtue d'une jupe noire haute qui lui remontait au nombril et dans laquelle était retroussée une chemise grise, son ruban rouge noué au cou, Meï-K pénétra dans le bureau de son supérieur. Assis dans son fauteuil, il ne sembla pas se préoccuper de l'arrivante, qui le salua pourtant respectueusement. Mais Meï avait l'habitude. Elle était bien consciente qu'il la détestait. Alors elle s'assit dans un coin sans rien dire, attendant Mlle Alessia Contini, avec qui Meï devait effectuer la mission, arrive.
Hellins attarda soudain son regard sur les jambes de Meï. Ce matin, il avait un peu bu. Il lui semblait qu'il n'avait jamais remarqué qu'elle était aussi bien foutue. Son regard se promena sur ses jambes un peu découvertes, sur ses hanches, sur sa poitrine. Son esprit de pervers alcoolisé imagina soudain lui faire subir les pires supplices sexuels. Il aurait aimé qu'elle le suce, puis qu'il la prenne violement, qu'elle crie de douleur. La pauvre qui bientôt allait mourir... ce serait tellement dommage qu'il ne profite pas d'elle avant cela. Après tout, il avait tous les droits. Plus les secondes passaient, plus il était excité. Soudain, ne tenant plus, il se leva, sous le regard surpris de Meï. D'un geste il s'assit à côté d'elle, et posa sa main sur sa cuisse. Il la regardait d'un regard sadique, un regard pervers rempli d'envie. Meï était très surprise, mais elle n'osait rien dire, de peur de manquer de respect à son supérieur. Mais sa main remontait de plus en plus vers ses hanches, malaxant avec puissance la chair de sa cuisse. Hésitante, Meï demanda tout de même poliment :


_Que faites vous colonel ?

Mais il ne répondit rien, et sa deuxième main vînt toucher ses fesses, en malaxant sa peau pâle. Tout ça perturba particulièrement Meï. Bien sûr, par la violence de Hellins qui ne cessait d'émettre des petits ricanements, mais aussi parce qu'elle avait une étrange sensation de déjà vu. De déjà ressenti. Comme si ces mains qui exploraient son corps n'étaient pas les premières. Des caresses plus douces, oui... il lui semblait qu'elle avait déjà connu cela. Malgré lui, Hellins réveillait en elle des souvenirs enfouis, provenant de sa... vie d'avant. Mais soudain, elle se retira promptement et violement de l'étreinte du colonel. On venait de frapper à le porte. Hellins eu un regard particulièrement mauvais pour Meï puis murmura :

_On verra ça plus tard, l'air féroce.

Puis il retourna sur son fauteuil, et lança un "Entrez !" en direction de la porte.
Meï, encore toute chamboulée, se rassit doucement sur la chaise, fixant ses pieds l'air abattu
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕ - Meow. ♥
♕ - Meow. ♥


Messages : 617
Date d'inscription : 27/11/2010
Age : 22


« Identité »
Clan, Sous clan: Rebels, Spies
Race: Neko
Plus:

MessageSujet: Re: Mission spéciale [PV Aless ♥] Dim 5 Juin - 18:41

[Bon, c'est un peu nul, mais c'est mon premier post avec Alessia, je suis encore un peu en train de la chercher, si tu vois ce que je veux dire. :3 Par contre dans ton post tu parles de ton nœud rouge comme si c'était rabaissant, mais humm c'est censé être le nœud des "Anciens" :B Enfin bon. Adapte toi comme tu peux x)]

    Six heures du matin. Une sonnerie retentit dans le logement de fonction d'Alessia. La jeune femme se leva immédiatement, sans prendre le temps de pester contre son réveil, sans s'étirer, sans bailler. Tel un automate, elle se posta devant la vieille machine à café qu'elle avait réussi à négocier et attendit patiemment que sa tasse se remplisse. Cela faisait plusieurs heures qu'Alessia était réveillée, elle n'aurait su dire combien. Elle ne dormait jamais très bien ici, bien qu'au fil du temps, on lui aie trouvé tellement de prétendue loyauté qu'elle était parvenue à hériter d'un studio rien que pour elle. Tout était gris ici, mur gris, drap gris, temps gris, humeur morose. Alessia serait facilement rentrée dans le décor si elle ne se faisait pas régulièrement une coloration rose, étrange couleur critiquée par bon nombre de ses connaissances. Aless prit la tasse dans sa main droite, désormais insensible à la brulure qu'elle ressentait auparavant lorsqu'elle prenait son café du matin. Oui, on peut dire qu'Alessia s'était insensibilisée... Elle ne tremblait plus lorsqu'elle était convoquée chez le colonel, elle ne bégayait plus lorsqu'on l'interrogeait sur son passé, elle ne riait pas non plus quand elle voyait ses collègues se faire ridiculiser par une bande de rebelles. Mais comme bien souvent dans le cas de cette jeune femme, tout ceci n'était qu'apparences ; peu importe le temps qu'elle devrait rester infiltrée, peu importe le nombre d'infamies qu'elle devrait déclarer à propos de ses véritables amis, jamais, non jamais elle ne perdrait son humanité. Les sentiments sont partagés lorsqu'ils sont exprimés, mais peuvent très bien être masqués mais ressentis. Alessia tira les rideaux de l'unique fenêtre que le studio possédait, sans s'attarder sur la triste vue qu'elle offrait de l'île. Elle but son café d'un trait avant d'aller prendre sa douche. Alessia ne passait plus la moitié de sa matinée à se faire belle, ses priorités n'étaient plus vraiment les mêmes. Seule sa chevelure bénéficiait désormais d'une quelconque marque de coquetterie. Elle attacha ces derniers en une haute queue de cheval, ébouriffant les quelques mèches qui lui tombaient sur le front, et planta son regard dans celui de son reflet, dans le miroir ; ils semblaient dire "Prête ?" Prête à affronter ce monde de mensonge ? En seras-tu capable ? Bien sûr qu'elle en était capable, se dit-elle en détournant le regard et en avançant déterminée jusqu'à son placard. Elle avait gardé bon nombre de robes, vestes, chaussures et autres vestiges de la fashion victim qu'était Suki, la neko presque oubliée au fond de son cœur, celle qu'elle était vraiment. Avec un soupir, elle prit un sarouel en cuir noir qu'elle assortit à un débardeur de cette même couleur que les forces de l'ordre affectionnaient tant. Elle noua autour de son cou un nœud rouge, symbole de sa fidélité et de son dévouement à la Police. Des Doc Martens noires et elle était sortie, en route pour le bureau du colonel Tom Hellins, où elle devait retrouver sa partenaire du jour. Le colonel était relativement connu au QG, on le décrivait comme un homme hypocrite et cruel. Les quelques fois où Alessia avait eu le malheur de devoir travailler avec lui, elle en avait eu des frissons dans le dos. Elle arriva devant la porte de bureau, se posa quelques secondes, frappa à la porte et attendit une réponse. Elle entendit quelques bruits en réponse, suivi d'un ;

      « Entrez ! »

    Peu chaleureux. Mais à vrai dire, il n'avait aucune raison de l'être. Alessia ouvrit la porte, avança de quelques pas et se posta devant le colonel.

      « Alessia Contini, colonel, je viens pour la patrouille. » Une autre femme était présente, à laquelle Aless jeta un regard pour reporter immédiatement son attention sur le colonel. Son cœur battait à toute allure, mais il ne fallait surtout pas qu'ils s'en rendent compte. Surtout, rester naturelle et calme. Et ne pas laisser un silence trop long. Elle était habituée à cela, en toute logique, elle devrait très bien gérer. « Est-elle ma partenaire ? »

    On ne lui avait pas communiqué son nom. Et si cette jolie rousse qui ressemblait tant à Meïko... Était vraiment Meïko ? Après ces longues années, Alessia ne l'avait plus revue, aussi s'était-elle persuadée de sa mort. Elle se disait que c'était peut-être pour le mieux, elle serait morte dignement, elle n'aurait pas à travailler pour des monstres. Alessia posa ses deux mains sur ses hanches, la nervosité la poussant à trouver quelque chose à faire de ses mains. Et si elle la reconnaissait ? Et si elle la dénonçait... ?

      « Je vous connais mademoiselle, rassurez vous. C'est toujours un plaisir de travailler avec d'aussi bons éléments. » Plaisir non partagé, pensa aussitôt Suki, qui se souvenait des nombreuses fois où le colonel l'avait rabaissée en public, en contradiction avec ses belles paroles. « Je vois présente Humanoïde série 0038, plus communément appelée Meï-K. »

    Meï-K ? La ressemblance était trop évidente, ce ne pouvait être une coïncidence. Alessia se tourna vers elle, une pointe de nostalgie dans le regard, qu'elle masqua avant de se laisser aller à ses souvenirs. Ce visage, elle n'avait pu l'oublier, c'était bel et bien son ancienne amie. Mais ce n'était plus Meïko, désormais, c'était Humanoïde série 0038... Ce qui voulait dire, qu'elle serait devenue un projet ? Une créature remaniée, améliorée, lobotomisée. Elle faisait peine à voir, elle semblait tellement fragile, et pourtant si elle était passée entre les mains des forces de l'ordre, il n'y avait aucun doute, elle devait avoir un minimum de faiblesses. D'une voix froide afin de ne pas se trahir, elle commença sa phrase en regardant "Meï-K", bien qu'étant adressée au colonel ;

      « Bien, je pense que nous devrions nous y mettre. On m'a informé que la patrouille d'aujourd'hui se ferait dans les rues du quartier commercial, nous ferions mieux de nous y rendre rapidement. »

    Garder un ton détaché, bien que formel, pas un tremblement dans la voix, pas un sourire, pas une grimace. En deux ans, Suki avait appris à garder complètement le contrôle d'elle-même, même dans les cas extrêmes comme par exemple se retrouver nez à nez avec l'une de ses anciennes meilleures amies. Elle n'avait qu'une journée à tenir. Facile... Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



Messages : 118
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 21
Localisation : Dans le monde des loulilol !


« Identité »
Clan, Sous clan: Police, Robots
Race: Loup garou génétiquement modifié
Plus:

MessageSujet: Re: Mission spéciale [PV Aless ♥] Lun 13 Juin - 11:57

[Euh... en fait c'est moi qui est inventé ce code couleur, et à la base, le rouge était pas forcément pour les débutants, mais pour tous ceux qui étaient classés bas quoi... Mais si ça a changé tant pis x)]

Elle avait rarement été aussi perturbée de sa vie. Même lorsque le colonel Hellins l'avait battu sans raison, Meï avait pu rester de marbre, impassible, sachant qu'elle devait obéir. Mais là, non, elle ne pouvait pas. Elle n'était pas choqué par les attouchements que venait de lui faire subir Hellins, mais plutôt par cette affreuse sensation... une sensation de déjà vu, une sensation qui la replongeaient dans des souvenirs enfouis, douloureux. Son cœur battait la chamade. Ses grands yeux bleus montraient pour la première fois depuis longtemps une lueur d'émotion. Fixant ses pieds, tout son corps laissait place à la terreur, à un mal être vif. Ces derniers jours, tout allait de travers. Bien sûr, Mlle Contini et le colonel Hellins n'aurait pu déceler ce mal être, mais pourtant elle tremblait, elle tremblait de frayeur et d'angoisse. Sans le vouloir, Meï s'était complètement déconnecter de la situation. L'espace de quelques secondes, son esprit était parti loin, et elle n'aurait su dire ce qui se passait autour d'elle. Une phrase cependant la réveilla :

« Je vois présente Humanoïde série 0038, plus communément appelée Meï-K. »

Elle releva subitement la tête, et regarda autour d'elle. Alessia Contini était une jeune femme, à peu près de sa tranche d'âge. Elle avait de grands yeux bleus qui semblaient fixer Meï d'une façon un peu étrange. Du mépris sans doute, mais Meï avait l'habitude. Attachés en une haute queue de cheval, de longs cheveux d'un roses vifs tombaient sur son dos. Les deux femmes ne se ressemblaient pas vraiment physiquement, pourtant avec l'une aux longs cheveux roux quasi rouges, et l'autre aux cheveux roses, elles allaient faire un drôle de duo.
En entendant son nom, Meï se leva instantanément de sa chaise, se décrispant et chassant de son esprit toutes les pensées étranges qui l'avaient précédemment tourmentée. Debout, droite comme un soldat (qu'elle était, par ailleurs) elle s'inclina respectueusement devant Mlle Contini. Non pas spécialement parce qu'elle était sa supérieure, mais parce qu'elle était humaine, et que Meï-K devait le respect à tout humain des forces de l'ordre.

« Bonjour mademoiselle, c'est un honneur de travailler avec vous. »

Elle releva la tête, et pu constater, très furtivement et presque indétectable mais tout de même bien là, un léger air surpris voire choqué dans le regard de son interlocutrice. Il y eu un petit silence, et se fut Hellins qui le brisa.

« A vrai dire mademoiselle, cette mission est un spéciale.Certes vous effectuerez une patrouille dans la quartier commercial, mais avant je souhaite impérativement que vous passiez par le parc du Cerisier, un petit parc urbain tout près de l'Eglise (NB : C'est pas dans les lieux, mais je me suis permis de l'inventer, parce c'est un petit endroit... c'est un square quoi.). On m'a signalé des agissements rebels dans le coin. »

Puis, comme pour couper court à n'importe quel commentaire, remarque ou plainte, il fit un signe de la main vers la porte et ajouta :

« Je veux un rapport d'ici 3 heures. Allez, dépêchez vous. »

Meï approuva d'un signe de tête et d'un « Oui colonel » et les deux jeunes femmes quittèrent la pièce.

Sur le visage du colonel Hellins s'afficha alors un sourire satisfait. Un sourire sadique, mauvais. Resté seul dans son bureau, il laissa même échapper un ricanement sournois. Les agissements rebels dans le coin ? Ce n'était qu'un mensonge. D'un des tiroirs, il sortit un dossier protégé par une chemise rouge. Des ses longs doigts vicieux, il sortit la première feuille du dossier et la contempla de ses sales petits yeux de serpent. Sur le papier, quelque chose de tout à fait anodin en apparence. Un bilan médical récent, datant de quelques mois à peine, effectué sur l'humanoïde série 0038. Ces quelques mots tapés à la machine étaient la base du plan machiavélique qu'Hellins avait élaboré pour se débarrasser de Meï. La première fois qu'il avait lu ses lignes, il se souvient qu'il avait été très en colère. Il n'avait même pas songé à quel point ce détail pouvait lui être profitable. Et pourtant son plan était tellement simple, que personne n'irait pensé à un odieux complot. Et puis quand bien même, qui se soucierait de la mort d'une pauvre créature comme celle là ? Une fois de plus, il relu la phrase pour se conforter dans son ego démesuré.

"Après quelques tests, confirmation d'un effet secondaire sur le patient humanoïde 0038, sous traitement de protyde+ de type B depuis 2 ans. Le patient présente de fortes allergies aux pétales de fleurs, particulièrement fleurs de cerisiers, lilas, et jacinthe."


Oh oui, il se souvenait de son énervement lorsqu'on lui avait remis le dossier. Il était allé voir le professeur Urato, responsable de ce bilan médical, complètement excédé, mais surtout persuadé qu'il tenait un argument féroce pour ne plus travailler avec Meï. Il avait pesté, hurlé, ragé. Il avait défendu que cette nouvelle allergie pouvait donner lieu à des crises qui pouvaient handicaper la créature, la rendre plus faible, voire inutile. Et qui sait c'était peut être même contagieux ! Mai à sa grande surprise, la professeur lui avait ri au nez. De ses petites lunettes rondes, il avait toisé le colonel, et répondu simplement :

« Ne vous inquiétez donc pas tant colonel. A moins d'être complètement recouverte de pétales de fleurs, cette allergie n'est pas handicapante et ne comporte aucun risque pour Meï-K. Certes, elle pourrait être mortelle mais ce ne serait que dans le cas d'une grande exposition aux pétales. Vous voyez, tout va bien. »

Et puis il était simplement parti de la pièce en riant. Le sang de Hellins bouillonnait. Il lui semblait que le professeur Urato, éminent scientifique, avait pris en affection cet espèce de monstre qu'il devait côtoyé tous les jours !
En repensant à ce mauvais souvenirs, le sourire du colonel se transforma en rage. D'un coup sec, il saisit le téléphone et composa un numéro qu'il connaissait maintenant par coeur.

« Elles sont en route. Tenez vous prêts. »

Et il raccrocha sans attendre de réponse. Alors que les deux jeunes femmes continuaient doucement leur route vers le petit parc des Cerisiers, Hellins se frottait les mains.
S'en est fini de toi maintenant, sale petite chose, monstre, créature. Dans quelques heures à peine, tu seras morte...


MOUHAHAHAHA ! TO BE CONTINUED ?
(Pardon, je pouvais pas m'en empêcher >>)

[On continue ici ou à l'Eglise ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕ - Meow. ♥
♕ - Meow. ♥


Messages : 617
Date d'inscription : 27/11/2010
Age : 22


« Identité »
Clan, Sous clan: Rebels, Spies
Race: Neko
Plus:

MessageSujet: Re: Mission spéciale [PV Aless ♥] Sam 13 Aoû - 3:14

Suite ici :D

‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗‗

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Mission spéciale [PV Aless ♥]

Revenir en haut Aller en bas

Mission spéciale [PV Aless ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Endless War :: RPG - PENSION SHIINU :: Premier étage - Côté Est. :: QG des Forces de l'Ordre-