AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  News ShiinuNews Shiinu  
Ouverture du forum ; « Rejoignez nous les p'tits loups on vous mangera pas ! »  .
Divertissement ; « Resultat du concours de la meilleur fiche ici ! »
Actualités ; « Lancement d'une intrigue, venez la commentez ici ! »

AuteurMessage


avatar


Leader des Fighters
Mage Dragon


Messages : 173
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 23
Localisation : Partout


« Identité »
Clan, Sous clan: Rebels, Fighters
Race: Sorcier du Feu
Plus:

MessageSujet: Prions pour les défunts [PV : Nathanaël Clarin][Terminé] Mer 27 Avr - 16:48

Toute personne vivant sur cette Terre a déjà perdu quelqu'un... C'est triste mais c'est ainsi qu'est la réalité. Personne n'a la chance de pouvoir prétendre n'avoir jamais ressenti cette douleur intense qu'est la perde d'un être cher... Du moins, pas après avoir eu 18 ans... Que ce soit la mort d'un poisson rouge, d'un chien, d'un chat, de vos parents, grand-parents, oncles, tantes, amis j'en passe et des meilleurs. Tout le monde a donc déjà connu la solitude apportée par la perte de l'être en question, il n'est pas forcément de parler de mort d'ailleurs... Juste la perte d'un être cher pour commencer, quand la personne que vous aimez vous quitte pour telle ou telle raison... Lorsque vous déménagez et que vous savez que vous n'entendrez plus jamais parler de certaines personnes. Que ce soit d'une façon brutale ou prétendue douce, la vie s'amuse à nous arracher ce qui compte vraiment pour nous, c'est triste mais malheureusement vrai.

Mais... Il ne fallait pas se leurrer, la pire des séparations que la vie pouvait infliger à un être vivant était celle provoquée par la mort... On ne pouvait pas se dire que la personne en question ne nous oublierait pas, qu'elle continuerait à vivre heureux en se souvenant de votre sourire ou quelque chose du genre. La mort était quelque chose d'inévitable mais lorsque la majorité de vos proches vous étaient arrachés en même temps, c'était vraiment dur. Eh bien, si je vous parle de tout cela ce n'est pas pour rien je vous rassure... C'était ce qu'avait vécu le jeune Leader des Fighters trois années auparavant, en effet... Karot Ryuu avait tout perdu lors de l'attaque du Gouvernement. Il avait vu des amis et camarades mourir devant ses yeux, il n'avait pu que s'enfuir après s'être vaillamment battu... Il était encore si faible à l'époque. Et il s'en voulait vraiment de son manque de force passé, si seulement il avait été plus fort...

Voilà la raison pour laquelle il était dans cette Église en cette journée alors qu'il aurait pu aller n'importe où. Que faisait-il exactement dans celle-ci ? Il priait déjà pour commencer par le plus logique, ensuite... Il voulait surtout s'excuser auprès de tous ceux qu'il n'avait pas pu sauver à cause de son manque de force énoncé précédemment... Il savait d'un certain côté que beaucoup d'entre eux ne lui en voulaient surtout pas car, dans un certain sens, ce n'était pas du tout de sa faute, il avait fait de son mieux après tout... Mais ce n'était pas lui qui était mort alors, il ne pouvait s'empêcher de s'en vouloir pour cela et il y avait sûrement beaucoup de personnes qui auraient réagi comme lui de toute façon... C'était trop tard mais il voulait tout de même s'excuser auprès de ceux qui avaient été ses amis et frères d'armes... L'Église était vide ou presque, une personne entra alors ce qui étonna un peu le jeune homme qui le regarda avec un sourire.

"Tu viens prier toi aussi ? Je m'appelle Karot Ryuu."


Dernière édition par Karot Ryuu le Dim 14 Aoû - 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



Messages : 17
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 27


« Identité »
Clan, Sous clan: Police, Scientists
Race: Spectre
Plus:

MessageSujet: Re: Prions pour les défunts [PV : Nathanaël Clarin][Terminé] Jeu 28 Avr - 0:05

Matin.
Comme chaque jour, Nath’ se promenait dans les couloirs de l’hôpital pour chercher des documents, une multitude dossier à étudier pour les prochaines expériences sur des cobayes. Des tonnes de feuilles à lire, à étudier en long et en large avant de s’attaquer physiquement sur le corps. Qu’est-ce que le Gouvernement voulait encore « créer » ? Encore des heures à plancher sur des dossiers incompréhensibles et totalement dénués de sens... Mais c’était son job, s’il ne le faisait pas, les autres, là-haut le puniront et qui sait ce qu’ils lui feront faire… Des souffrances ? Evidemment ! Le scientifique en avait plus que marre. Pourquoi c’était toujours lui qui s’y collait hein ? Les autres de son bloc, ses collègues auraient pu s’en charger… Agacé, le jeune homme pressa le pas vers le bureau en question pour récupérer ces fameux documents. Poli, il frappa à la porte et une voix d’homme résonna l’invitant à rentrer. Son supérieur, quelqu’un de haut placé. Comme le voulait les règles, Nathanaël salua son « patron » et s’empressa de prendre les dossiers puis il quitta la pièce en silence. Dans les couloirs, le scientifique porta les dossiers sous son bras droit et marcha en silence puisqu’il était tout seul et qu’évidemment, il n’y avait personne. Les malades étaient dans leur chambre, les infirmières étaient toutes occupées et les médecins, bah euh… ils s’occupaient aussi. Mais pas de la même façon… Nous nous égarons. Nathanaël n’aimait pas passer ici, il n’aimait pas ses gens ; les médecins étaient quelque peu ses supérieurs et un petit scientifique comme lui n’avait guère à faire ici. Son lieu de travail, c’était en bas dans les sous-sols et non en haut. Belle hiérarchie…

Après une multitude de marches descendues et couloirs traversés, Nath’ arriva enfin dans son laboratoire où ses collègues l’attendaient, impatients de connaître le sujet d’aujourd’hui. Dans sa bonne humeur, le scientifique posa les dossiers sur le bureau principal et comme à chaque accoutumée, les autres scientifiques se jetèrent dessus tels des fauves sur une proie agonisant. Nath’ soupira et s’installa sur une chaise et lut lui aussi un dossier. Le cobaye n’était pas encore arrivé, d’abord, les scientifiques devaient étudier le dossier en long et large et ainsi déterminer qui fera quoi dans l’expérience. Comme Nath’ était nouveau, il ne faisait pas grand-chose encore, son boulot c’était juste de donner quelques idées d’intervention et de les observer faire. Après, son vrai boulot commençait ; il observait les comportements des cobayes et faisait une synthèse dessus. Il devait encore apprendre, encore et encore dans le domaine du corps humain avant de se lancer dans une telle intervention. Mais ça le dégoutait. A qui cela ne dégouterait pas ? On se le demande bien…

Après-midi.
Et bien, enfin c’était fini. Après toute une matinée et un début d’aprèm’ à plancher sur les dossiers des prochaines expériences, Nathanaël pouvait enfin se reposer et penser à autre chose. Lorsqu’il sortit de l’hôpital, il commençait à faire gris. Et dire qu’il faisait si beau ce matin, le soleil était déjà parti… Ah non, pas question de passer la fin de la journée assis sur une chaise ! Le scientifique en avait plus que marre d’être enfermé dans une salle sentant l’humidité et peu éclairée. Il voulait prendre l’air et ça, il va le prendre ! Il retroussa les manches de sa blouse et fouilla dans ses poches pour en sortir un paquet de cigarettes et un briquet. Il s’en alluma une et prit la direction de la ville. Ca faisait longtemps qu’il n’y était pas allé à cause du boulot. Peut-être devrait-il s’acheter un livre pour se changer les idées ? Sûrement. Le vert se décida alors de passer l’aprèm’ en ville…

Le ciel n’était pas du tout d’accord. Les nuages gris s’intensifièrent et bientôt, se mirent à cracher. Malheureusement, une seule personne n’avait pas pris de parapluie et cette personne, c’était nôtre cher Nathanaël. Il vit les gens coururent se réfugier à l’abri, d’autres sortant leur parapluie voulant en profiter un maximum de liberté. Le jeune homme les regarda, complètement mouillé. S’il continue à marcher sans se mettre à l’abri, il allait attraper la crève et ça, il ne pouvait se le permettre. Non, le Gouvernement ne lui permettrait pas. Mais le jeune homme n’avait pas envie de rentrer dans une de ces bâtisses, il avait besoin de silence, un endroit calme. Continuant de marcher dans les rues du quartier commercial, le regard vide et la cigarette éteinte mais toujours entre les lèvres, Nathanaël ne remarqua même pas que le paysage changeait autour de lui. Les bâtiments devinrent des arbres, les bancs des arbustes, les poteaux des rosiers. C’est lorsqu’il se trouva en face d’un bâtiment fait de pierres et à moitié détruit qu’il comprit bien évidemment que le scientifique s’était perdu. Pas totalement mais il n’avait pas conscience d’un tel endroit. C’était une Eglise banale, juste abîmée et dont la végétation était omniprésente. Nath’ ne rechigna pas, il rangea sa cigarette entamée et rentra dedans pour se mettre à l’abri et pouvoir penser, seul. Ouvrir la porte fut un vrai supplice pour le vert, cela devait faire un moment que cette Eglise devait être abandonnée. Il ferma derrière lui dans un bruit sourd, tout résonnait dedans, quelle plaie. Après tout, c’était une Eglise.

« Tu viens prier toi aussi ? Je m'appelle Karot Ryuu. »

Il n’était pas seul. Ah ça non. C’était un homme qui plus est, un jeune homme grand et blond, plutôt bien sculpté. Nathanaël regarda autour de lui et décida de s’avancer dans l’allée mais s’arrêta à trois mètre de l’inconnu. Etrange, il n’avait pas peur de se présenter comme ça, face à un inconnu. Quel courage, il était sûr de lui en tout cas. Nath’ rangea ses mains dans les poches de sa blouse et haussa les épaules. Devait-il lui aussi se présenter ? Pourquoi le ferait-il ? Et si c’était un ennemi du Gouvernement ? Un de ces Rebels qu’il expérimentait ? En tout cas, c’était fichu, l’autre avait sûrement du comprendre que c’était un scientifique vu sa blouse. Nathanaël alla s’installer sur un des bancs de l’Eglise de façon détendue croisant les jambes.

« Non, je ne suis pas croyant. Et de toute façon, le Seigneur n’a rien à m’accorder. Je m’appelle Nathanaël Clarin. »

Il prenait de grands risques mais qu’importe, ne sont-il pas dans un lieu Saint ? Pas de violence en ces lieux ! Le scientifique l’observa de la tête aux pieds. Oui, ça il était plutôt bien bâti. De quel clan venait-il ? De la Police ? Quelle plaie. Des Rebels ? Intéressant de pouvoir converser avec l’un de ses ennemis. Ce n’était pas un Cobaye, il allait trop bien pour en être un. Nath’ continua de le regarder puis il se mit à sourire.

« Etais-tu en train de prier Karot Ry[ou]? »

Evidemment, le scientifique avait écorché son prénom et nom par amusement. Il voulait connaître son prochain comportement, ce qu’il avait prévu de faire si jamais c’était un Rebel et qu’il se trouvait en face d’un ennemi. Que fera-t-il face à un membre des Forces de l’Ordre ? Nath’ prenait de grands risques mais étrangement, ça l’excitait. Il s’amusait, c’était bien la première fois depuis son arrivée qu’il éprouvait un tel plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Leader des Fighters
Mage Dragon


Messages : 173
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 23
Localisation : Partout


« Identité »
Clan, Sous clan: Rebels, Fighters
Race: Sorcier du Feu
Plus:

MessageSujet: Re: Prions pour les défunts [PV : Nathanaël Clarin][Terminé] Jeu 2 Juin - 8:52

L'homme qui venait de pénétrer dans l'église et que Karot était parti aborder comme il le faisait tout le temps, était littéralement trempé... Le jeune Fighter été tellement concentré dans sa méditation qu'il n'avait même pas entendu le bruit de la pluie qui s'abattait dehors, pourtant ce n'était pas une petite pluie d'après le bruit que le jeune homme pouvait désormais entendre. Si il n'avait pas réussi à entendre la pluie, comment avait-il pu entendre la porte ? Bonne question, mais la réponse était vraiment des plus simples, lorsque l'inconnu avait franchi la porte et il avait pénétré dans le système de sécurité de Karot si l'on pouvait dire, de ce fait il avait immédiatement senti sa présence, avant même d'entendre cette immense porte claquer. Cet homme devait sûrement être l'un des seuls civils, à condition qu'il en soit un, à être sorti sans parapluie... Il n'avait pas dû regarder la météo avant de sortir de sa maison, ou peut-être le ciel lui avait-il joué un tour, comment savoir ? En tout cas, il se trouvait bel et bien devant lui désormais.

Pour vous dire la vérité... Karot avait, dès le premier regard, reconnu en l'inconnu un scientifique du Gouvernement à cause de la blouse de celui-ci... Le premier réflexe qu'il aurait dû avoir n'était pas celui qu'il avait décidé d'adopter, en effet il aurait pu le tuer ici-même à condition qu'il soit plus fort que lui mais il ne le ferait pas... Pas seulement parce qu'il était dans une église et que c'était un lieu sacré, pas seulement non plus parce qu'il priait encore pour tous les défunts... Mais tout simplement parce que, si vous connaissez un peu Karot, vous vous apercevrez que c'est tout simplement son caractère malgré le fait qu'il soit le Leader des Fighters... C'était assez paradoxal vous ne trouvez pas ? Le Leader du groupe d'attaque des Rebels, si on pouvait le qualifier ainsi, n'aimait pas trop se battre pour un oui ou pour non, à part lorsqu'il était d'humeur un peu joueuse ce qui, il fallait l'avouer, n'était pas rare en ce moment... Enfin, le Gouvernement le méritait bien après tout ce qu'il avait fait subir aux habitants de Shiinu, et dire que ça continuait en plus...

Le membre des Forces de l'Ordre qui ne s'était d'ailleurs pas encore présenté pour information, n'était pas venu pour prier mais simplement pour se réfugier de la pluie, cela n'étonna pas plus le jeune Sorcier du Feu que cela... Après tout, qu'est-ce qu'un membre du Gouvernement gagnerait à prier, il n'y avait plus rien à faire pour ceux qui avaient déjà commis le pêché suprême. Celui de tuer toute une population et d'asservir les survivants de celle-ci, il n'y avait que les humains pour faire cela... Ce n'était pas tout à fait vrai au faite, mais bon c'était ce que croyaient aujourd'hui beaucoup de personnes, et c'était parfaitement compréhensible après tout... Oui, parfaitement, mais ce n'était pas pour autant que Karot suivait cette vague de croyance, bien au contraire... Il savait qu'on ne pouvait pas tout remettre sur le dos de l'humain, même si il était pour beaucoup dans toute cette histoire. Celui qui était le vrai responsable... Il était parfaitement caché et personne ne savait si il était vraiment humain d'ailleurs, le chef du Gouvernement qui avait ordonné tout cela.

La question de l'inconnu dont on savait tout de même quel était le camp rappela à Karot, qui n'avait pas vraiment oublié mais qui s'était quelque peu dissipé avec cette rencontre, pourquoi il était venu ici en définitif. Il voulait prier pour tous ses anciens camarades et amis qui étaient morts à cause de gens qui faisaient parti du camp auquel appartenait le scientifique qui se tenait devant lui. Comment ne pas avoir envie de le tuer ? De lui arracher chaque partie de son corps et de toutes les brûler à petit feu... C'était très facile à faire pour notre jeune Sorcier du Feu, alors pourquoi ne le faisait-il pas ? Peut-être parce qu'il savait que la seule homme qui pourrait soulager les centaines d'âmes des anciens élèves de Shiinu était celle du chef du Gouvernement et pas une autre. Une chose était sûre, si Karot voyait un jour celui qui était à l'origine de tout cela, il le tuerait sûrement sans hésiter... A part si il était question de négociations et encore, il n'était sûr de rien quant à son contrôle de lui-même.


Le corps de l'interlocuteur de Karot était plutôt bien fait, en effet le scientifique était grand et avait une corpulence moyenne qui convenait parfaitement à son type de corps de l'avis du Fighter. On pouvait voir au travers de sa blouse que ses bras et ses jambes étaient plutôt fins pour des cuisses dans la moyenne, sans graisse de toute évidence. Il avait le visage d'un blanc spectral pourrions-nous dire, non sans rigoler il était vraiment blanc, c'était assez surprenant d'ailleurs mais passons. Il avait un visage fin avec un nez normal et des lèvres facilement qualifiable de soyeuse, il avait des yeux d'un vert clair très doux assez mystérieux au passage. Quant à ses cheveux, ils étaient très longs, allant jusqu'au milieu du dos et coiffés en queue de cheval basse, et ils étaient verts... Si Karot avait observé ainsi son interlocuteur, c'était tout d'abord parce qu'il le faisait tout le temps, mais aussi pour détecter ses faiblesses au cas où il y aurait un combat, et c'était désormais fait. Il sourit alors à l'inconnu.


"Oui, je suis venu pour prier pour tous ceux que ceux de ton camp ont tué il y a quelques années, tu t'en souviens ?"

[Désolé du retard]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



Messages : 17
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 27


« Identité »
Clan, Sous clan: Police, Scientists
Race: Spectre
Plus:

MessageSujet: Re: Prions pour les défunts [PV : Nathanaël Clarin][Terminé] Jeu 2 Juin - 17:52

Douce soirée arrosée par des nuages sombres. Le ciel grondait, réclamant justice en ce moment de misère et injustice entre les peuples. Il se devait de punir les méchants et d’aider les Justes. Mais lesquels ? Qui était qui dans ce monde ? Le Gouvernement était-il sain ou bien un monstre obscure ? Comment le savoir lorsqu’on passe tout son temps dans un laboratoire ? L’Eglise dans laquelle se trouvaient les deux jeunes gens était vide, dénudée de certains murs mais elle apportait suffisamment pour les Civils. Les murs étaient recouverts de lianes et de fleurs apportant gaîté et douceur dans ce monde en disgrâce. Peut-être était-elle active en temps normal ? Alors pourquoi il était là, seul ? Au vu de ses vêtements, Nathanaël en conclu que ce Karot Ryuu était une personne importante dans son clan. Mais dans quel clan était-il hein ? Jamais il ne l’avait vu dans la bâtisse principale des Forces de l’Ordre ou bien à l’hôpital. Alors c’était un Rebel. Un « ennemi ». Un futur cobaye. A son regard lancé avant, le Rebel avait fait tilt que Nath’ était un scientifique, un de ses ennemis. Mais ennemis par clan, pas par champ de bataille. Nuance.

Pourquoi ne s’était-il pas jeté sur lui comme une bête sauvage sur sa proie ? Qu’attendait-il de lui ? Quel étrange énergumène pensa le scientifique. Il adoptait un comportement de défense, il prenait des distances. Se méfiait-il ? Jouait-il avec lui ? Sûrement. Vu le gabarie de Nathanaël, il ne faisait clairement pas le poids contre lui si jamais une bagarre s’engageait. Décontracté, les mains venant se poser sur ses cuisses, le policier était calme. Il ne fallait pas faire monter la pression et rendre l’atmosphère hostile parce qu’ils étaient simplement opposés ? C’était un spécimen très étrange, son corps devait receler de puissants sorts et autres atouts pour le Gouvernement… Non, Nathanaël ne devait pas penser ainsi… S’il devait étudier le corps des cobayes, c’était pour lui. Il avait soif de connaissance, soif de savoir. Ce n’est pas lui qui livre les cobayes au Gouvernement. Il ne fait que de les étudier, les observer et il intervient seulement en cas critique. Posé et calme, Nath observa Karot.

« Oui, je suis venu pour prier pour tous ceux que ceux de ton camp ont tué il y a quelques années, tu t'en souviens ? »

Nathanaël baissa son regard et se contenta de l’observer ; Karot était un bel homme, long et bien élancé, son corps montrait pour une première observation qu’il était sûr de lui. De corpulence rassurante, sa chevelure blonde était enivrante. Il devait plaire aux jeunes filles. Aux filles Rebels nuance. Une fois la description rapide faite, le scientifique soupira un grand coup et se leva de son banc qui était maintenant humide. La pluie continuait de tomber, nuages et orages sombres grondaient sur ces Terres damnées et abandonnées des Dieux. Posant son regard sur lui, Nath’ s’exprima calmement. Inutile de lever la voix dans un tel moment. Surtout que la tension semblait monter tout doucement… Les liens qui les unissent sont cette guerre… Une guerre que l’un n’a pas menée…

« Je suis navré cher Karot mais non, je ne m’en souviens plus. Pour tout te dire… »

Tout en blablatant, Nathanaël s’approcha de ce Rebel. Il entra même dans son champ intime. Il voulait en avoir le cœur net, l’observer était sa raison. Il voulait… Un pas de plus et il fut bientôt à un mètre de lui. Un autre et quelques centimètres les séparèrent. A ce moment précis, le scientifique plongea son regard vert dans les yeux bleus de son interlocuteur. Ils étaient magnifiques. Son visage, il avait des traits fins, une peau douce… Oui, douce car Nathanaël osa toucher cette peau du revers de sa main droite sur cette joue encore tiède. Avait-il pleuré pour ses compagnons disparus ? Une caresse et pas plus. Il était allé beaucoup trop loin mais qu’importe, il l’avait touché. Puis d’un geste sûr, le scientifique se pencha en avant et vu que Karot était un peu plus grand que lui, il du redresser sa frimousse pour aller loger ses lèvres près de son oreille droite. D’un murmure provocateur ;

« Je n’étais pas sur le champ de bataille… Je suis arrivé après le désastre… »

Le spectre se redressa et fit plusieurs pas en arrière pour se retirer du champ intime de Karot. Il avait été trop loin. Beaucoup trop loin. Le Rebel ne se laissera pas faire, ça c’est sûr. Mais s’il avait un peu de jugeote, il comprendra que premièrement dans un lieu Sacré, il n’y a plus d’ennemis et deuxièmement, que Nathanaël, ce scientifique qu’il semblait mépriser n’avait fait parti de ce massacre. Qu’il était arrivé bien après la Guerre de Shiinu. Mais ça, l’accepterait-il ? Etait-il comme les autres, perdant contrôle de soit lorsqu’il se trouve en face d’un ennemi ?

« Mais tu peux me haïr car ce que je fais n’est pas humain. Haïs moi. »

Nathanaël écarta ses bras et se mit soudainement à rire. Oui, il transgressait les lois de Dieu en cherchant la petite chose dans sa création. Le Gouvernement tout entier finalement. Il n’était pas le seul et qui sait combien ils étaient dans cette organisation. C’était à mourir de rire. Le Ciel se foutait de lui. Pourquoi l’avoir ressuscité, pourquoi l’avoir forcé à se réincarner si c’était pour mourir une seconde fois ? Non, les Enfers, les portes abyssales le ranimeront à chaque fois pour qu’il termine son travail. C’est ça… Ce Rebel ne pouvait rien faire car de toute façon, jamais il ne ressentira la douleur. Cycle vicieux du monde Abyssal… Renaissance et destruction.


[HRP : ce n'est pas grave pour le retard, prends tout ton temps =D]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Leader des Fighters
Mage Dragon


Messages : 173
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 23
Localisation : Partout


« Identité »
Clan, Sous clan: Rebels, Fighters
Race: Sorcier du Feu
Plus:

MessageSujet: Re: Prions pour les défunts [PV : Nathanaël Clarin][Terminé] Jeu 2 Juin - 23:15

Il en avait marre, il était triste et il devait se manifester d'une manière ou d'une autre. Il devait dire à tout ceux qui étaient à l'origine de cette guerre et qui la continuaient à quel point il avait mal, d'avoir vu tous ses morts de ne pas pouvoir stopper cette guerre... De ne même pas avoir un indice indiquant la fin de celle-ci, il était tout simplement désespéré de ne pas être capable de contrôler la folie des hommes, finirait-il par devenir fou lui aussi affecté par les hommes ? Il était encore sain d'esprit mais la cicatrice qu'il possédait était morale, elle était invisible contrairement à d'autres mais elle demeurait omniprésente et personne ne pouvait le défaire de cette cicatrice qui s'élargissait au fil de la guerre. Comme il aurait aimé être capable d'arrêter tout cela de par sa puissance connue de tous mais aussi peu crainte que les Cobayes désormais. Oui les Hommes ont osé commettre l'irréparable, ils ont osé laisse une cicatrice à cette chose... Vous pensez qu'il s'agit de Karot ? Regardez le ciel et vous comprendrez que celui qui pleure n'est autre que lui.

Le vide, voilà ce qui caractérisait en ce jour cette église, ce n'était pourtant pas le cas d'habitude... Peut-être était-ce le destin qui avait poussé les deux hommes à se rencontre ici, alors qu'il n'y avait personne d'autre que le Seigneur qui les observait. Karot priait pour l'âme des défunts mais il ne croyait pas que c'était Dieu qui allait tous les sauver, non pas qu'il ne le voulait pas, le jeune homme n'oserait jamais penser cela mais... Il était bien triste de le dire, même si c'était la pure vérité mais, la folie des Hommes avait sans doute fatigué Dieu qui les avait donc laissé à leur propre sort. Quoi de plus compréhensible mais à la fois révoltant ? Quand tout part de travers, on a deux choix, ou tout arrêter ou laisser les choses suivre leur cours... Combien de fois le Seigneur avait tout arrêté ? Et combien de fois les Hommes avaient-ils recommencé ? En vous posant ces questions, vous saurez pourquoi Dieu a abandonné les Hommes à leur sort.

Karot se posait une question depuis le tout début de cette guerre, et avant même celle-ci, lorsqu'ils avaient été envahi au tout début du conflit entre les Rebels, qui n'existaient pas encore, et le Gouvernement qui avait annihilé ceux qui avaient eu le courage de trop résister. Pourquoi les Shiinuens n'étaient vu par les membres du Gouvernement que comme des futurs cobayes leur permettant d'acquérir on ne savait quoi... Était-ce seulement la soif de connaissance qui les poussait à faire de telles atrocités ? Karot était curieux mais il n'aurait jamais osé faire cela, c'était contre les valeurs qu'il défendait ardemment et puis, c'était tout simplement lâche de son point de vue. Mais peut-être les raisons étaient-elles beaucoup plus profondes que cela, pour le savoir il fallait savoir qui tirait les ficelles et le rencontrer... Autant dire que pour l'instant, c'était peine perdue. Pourquoi ? Parce qu'il était dans l'ombre et qu'aucun Rebel ne l'avait jamais vu, à se demander si les membres des Forces de l'Ordre l'avaient eux-mêmes vu.

Il ne faisait pas parti de ceux qui avaient attaqué Shiinu, il était arrivé bien après que tout cela se soit passé... Malgré cela, il coopérait avec ceux qui avaient commit cet immondice, mais il était un simple scientifique qui n'était donc jamais sur le terrain... Cependant, cela signifiait aussi que c'était lui qui faisait des expériences sur les Shiinuens pour le profit du Gouvernement ? Mais dans un sens il n'avait pas commandité l'attaque donc il n'était pas responsable de la mort de ses amis, mais de leur asservissement si... Et puis, tout dépendait depuis combien de temps il était arrivé et le sort qui était réservé aux cobayes non concluants... Est-ce qu'on les tuait ou tout simple relégués au rang d'Obedient ? Karot n'en avait pour être sincère aucune idée, peut-être que le service d'espionnage était plus au courant que lui par rapport à ça mais il n'avait pas encore vu la chef de celle-ci depuis quelques mois. Où est-ce qu'elle était ? Disons qu'ils étaient souvent en mission, aussi bien lui qu'elle d'ailleurs.

L'homme qui faisait parti du camp qui était l'ennemi de celui de Karot l'avait touché comme si de rien était avec le dos de sa main. Un sacrilège ? Le leader des Fighters n'était pas assez enfantin pour sauter ainsi sur quelqu'un sans aucune raison concrète... Qu'est-ce que cela voulait dire, ou plutôt quel sens cela avait-il de dire qu'ils étaient ennemis ? Que s'étaient-ils fait ? Rien si ce n'était d'avoir choisi deux camps différents pour des raisons qui leur étaient propres et qui pour chacun d'entre eux étaient parfaitement logiques et défendables. A rien ne servait de débattre car personne n'avait raison en définitif, ils étaient tous des imbéciles qui faisaient la guerre et qui faisaient souffrir le ciel sans raisons valables... Enfin, ça dépendait pour qui car ils ne se battaient tout de même pas pour rien, mais de là à provoquer une telle guerre... Le Gouvernement l'avait cherché me direz-vous... Mais, inutile de continuer à penser à cela. L'homme qu'il avait en face de lui était assez étrange, cherchait-il à le provoquer ? Karot disparut et apparut en face de lui en posant tendrement la main sur son épaule et en lui souriant.

"Beaucoup de personnes t'auraient déjà tué, ou tout du moins auraient essayé. Je ne suis pas comme ça, tu n'as aucune raison d'être mon ennemi, je ne te connais même pas. Pour dire je ne sais même pas quel est ton prénom. Je ne te hais pas, je ne t'en veux même pas. Faisons connaissance et je me ferais une opinion de toi, peut-être que nous finirons amis ou peut-être ennemis, nous verrons bien. Qu'en penses-tu ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



Messages : 17
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 27


« Identité »
Clan, Sous clan: Police, Scientists
Race: Spectre
Plus:

MessageSujet: Re: Prions pour les défunts [PV : Nathanaël Clarin][Terminé] Ven 3 Juin - 20:45

La pluie ne cessant de tomber, les gouttes d’eau ruisselèrent sur la roche qui composait cette Eglise totalement abandonnée. Abandonnée comme Nathanaël. Il s’était mis dans une merde pas possible ; en face de lui, un Rebel. Un ennemi. Un futur cobaye. Le scientifique ne sait pas se défendre car il n’a pas la carrure et franchement, la bagarre ne l’intéresse pas. C’est le contact dans le domaine scientifique qui le façonne, pas le contact barbare. Ce Kurot devait avoir un corps de rêve, un Don unique. D’ailleurs, quel était ce Don ? Car chaque personne vivant à Shiinu est désormais en possession d’un Don. Un pouvoir leur affublant une puissance propre. Vu sa carrure, c’était sûrement un Don physique. Pour Nath’, ce Don n’était autre que l’insensibilité. Devenu spectre par le passé, c’étant réincarné dans un nouveau corps, il avait perdu la capacité d’avoir « mal ». Alors Kurot pourra le torturer, il ne pourra rien lui dire. Finalement, ça avait du bon d’être un Spectre. Un peu, peut-être. Sa peau était froide, blanche. Il avait l’impression de ne plus faire parti de ce monde physiquement. Et puis… il avait tué cet étudiant. Non, ce n’était vraiment pas le moment de repenser au passé. Le Seigneur ne lui accordera pas le pardon dans un tel lieu. Il n’était pas croyant.

Nathanaël cessa de rire lorsque Karot se mit à parler. Il était plutôt calme pour s’être retrouvé en face d’un ennemi. Peut-être avait-il tout simplement compris que ce n’était pas ce scientifique un peu cinglé qui lui fera du mal mais le Gouvernement lui-même ? Le vert redressa sa tête et le regarda, perdant le sourire. Décidément, c’était un parfait énergumène. Il lui tardait de l’examiner. Mais n’eut-il le temps de cligner des yeux que le Rebel disparut de sa vision puis réapparut devant lui. D’abord surpris, Nathanaël eut pour simple réflexe de reculer d’un pas en le voyant si prêt de lui. Il était si rapide que ça ? Mince, ce sera plus difficile que ça finalement… Le vert plongea son regard dans le sien mais ne broncha pas quand il posa sa main sur son épaule. Sans gêne ? Nath était allé beaucoup trop loin en le caressant, alors on peut dire qu’ils sont quittes… Ou pas.

« Beaucoup de personnes t'auraient déjà tué, ou tout du moins auraient essayé. Je ne suis pas comme ça, tu n'as aucune raison d'être mon ennemi, je ne te connais même pas. Pour dire je ne sais même pas quel est ton prénom. Je ne te hais pas, je ne t'en veux même pas. Faisons connaissance et je me ferais une opinion de toi, peut-être que nous finirons amis ou peut-être ennemis, nous verrons bien. Qu'en penses-tu ? »

A ca oui. Mais toujours cloitré dans le QG des Forces de l’Ordre, ils auraient bien du mal à le trouver. Etait-ce une erreur de s’être aventuré aussi « loin » ? Mais le danger, être menacé ne montait pas l’adrénaline des hommes ? C’était là une drogue qui les excitait à un point ! Nath’ se sentait bien étrangement. Ce Kurot était plein de ressources, tant mieux, ça allait pimenter la conversation. Un sourire s’afficha sur le visage du scientifique. Ca devenait intéressant. Un Rebel qui voulait faire connaissance avec un membre du Gouvernement. Quelle audace ! Joie et excitation ! Le sang de Nathanaël bouillonnait, il ne s’attendait pas mais alors pas du tout à ça.

« Je le sais, je suis sûrement l’un des premiers sur vôtre liste à abattre. Pourquoi ne pas la raccourcir ? » lâcha-t-il avec un large sourire. « Ton choix me plait bien même si je trouve ça idiot. Tu pourrais mettre fin à tous ses tourments qui te rongent au plus profond de toi… »

Nathanaël ne se gêna pas et posa sa main droite sur le torse de Kurot. Exactement où se trouvait son cœur. Kurot était tourmenté par les défunts. Ces défunts qui avaient sûrement du le sauver par le passé, qui c’était sacrifiés pour essayer de sauver cette île. Leur Paradis. Maintenant, ils se battaient dans l’ombre du Gouvernement pour récupérer leur dû. Nath n’avait rien à faire ici et pourtant, ce Rebel l’attirait. Il était différent des autres qu’il avait pu observer sur une table d’expérience. Calme, il réfléchissait avant d’agir bêtement, il évitait de se jeter dans la gueule du loup… Une seconde ! Pourquoi voulait-il s’en faire un ami ? Pourquoi cette envie soudaine de prendre comme partenaire quelqu’un faisant parti du clan adverse ? Il avait quelque chose derrière la tête. Nathanaël le regarda droit dans les yeux. Quelques centimètres les séparaient. Ils étaient si proches… Trop proches. Intimement. S’il voulait discuter avec lui, c’était pour le cerner, savoir ce qu’il pensait de tout ça, en faire sûrement un allier ! Ah ça non. Nath ne se fera pas avoir, il pourrait perdre son seul job, sa seule passion et qui plus est, sa vie ! Mieux vaut rester distant avec cette affaire d’amitié.

« Que veux-tu réellement savoir de moi ? Rien me concernant ne pourra te faire avancer dans ta petite quête de liberté. Ton île et tes desseins sont voués à être mis en échec. Ta petite troupe de Rebels ne peut plus rien contre un tel Gouvernement. »

Il y allait un peu fort. Mais après tout, il voulait tout de même que ce Rebel soit conscient que son rêve de liberté pourrait être tout simplement un échec cuisant. Ne devraient-ils pas quitter cette île et construire leur idylle un peu plus loin ? Laisser les condamnés, ils ne pourront plus rien faire pour eux car ils n’ont plus aucune raison de les suivre. Ils les ont abandonnés, ils ne rêvent que d’une chose, mourir. Ils n’ont plus toute leur tête. Les pauvre… et ça, c’est à cause des gens comme Nathanaël. Mais a-t-il le choix d’hésiter ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Leader des Fighters
Mage Dragon


Messages : 173
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 23
Localisation : Partout


« Identité »
Clan, Sous clan: Rebels, Fighters
Race: Sorcier du Feu
Plus:

MessageSujet: Re: Prions pour les défunts [PV : Nathanaël Clarin][Terminé] Mar 28 Juin - 14:02

L'insensibilité, c'était sûrement la chose qui semblait le plus plus apparaître lorsqu'on observait véritablement les actes et paroles de l'homme qui était en face de Karot dans cette église, alors que dehors le ciel montrait sa peine de ne pouvoir stopper les Hommes dans leur folie de la guerre. Le patriotisme n'avait pas que du bon, le fait était qu'il poussait à la guerre, mais cela était pour de bonnes raisons, enfin c'était toujours ce que les dirigeants disaient mais... Le fait était qu'il y avait trop de morts dans un camp comme dans l'autre. Enfin, à Shiinu c'était légèrement différent quant au nombre de morts mais la guerre restait tout de même quelque chose de bien présent, et la patriotisme aussi de ce fait. Pour en revenir à ce qui était dit, tous ces blessés et ces morts n'affectaient peut-être pas l'inconnu vu son insensibilité illusoire ou réelle mais ce n'était pas le cas pour Karot, il était sensible lui... Certains disaient qu'il l'était trop pour être un bon Leader pour les Fighters mais personne ne niait sa force au combat, normal quand on savait ce dont il était capable.

La torture, ce n'était pas vraiment quelque chose qui correspondait au jeune sorcier qui était d'une nature plutôt calme, ce n'était, pour être plus précis ou tout simplement pour changer les mots de cette phrase précédente, pas du tout dans ses habitudes et vous savez sûrement pourquoi... Allons, c'est dit juste un peu plus haut alors relisez si vous ne vous souvenez pas. Les raisons pour lesquelles Karot détestait la torture étaient nombreuses mais elles étaient toutes liées à une seule et même chose, vous savez sûrement ce que c'est encore une fois, enfin encore faudrait-il que vous connaissiez l'histoire de ce lieu enfin... Je vais tout de même vous le dire, je pense vous avoir fait assez languir. Outre la nature calme et pacifiste de Karot, le fait que la torture soit directement liée au Gouvernement dans sa tête fait que celle-ci est pour lui encore plus proscrite qu'avant... Voilà pourquoi, ce jeune homme n'aurait jamais torturé quelqu'un même pour obtenir des informations aussi capitales soient-elles. C'était le travail des Spies ça, non ?

Le calme, c'était quelque chose que Karot avait réussi à acquérir grâce à son éducation, en même temps que la patience, ces deux préceptes pouvant être assez facilement liées... Surtout dans le domaine de la méditation si vous voulez vraiment tout savoir. Le fait était que, si il n'avait pas une éducation aussi stricte, dont vous connaissez peut-être l'existence, ou pas... Quoi qu'il en soit, si il n'avait pas eu cette éducation, eh bien il serait sûrement devenu comme beaucoup durant cette guerre... Karot était désespéré par toutes ces personnes qui devenaient folles, mais il ne pouvait s'empêcher de comprendre les raisons de leur folie sans pour autant accepter cette dernière. Le fait était que, le jeune homme essayait toujours d'aider les personnes qui commençaient à sombrer dans la folie de diverses manières mais ce n'était pas toujours facile, et dans certains cas c'était même... Vous l'aurez deviné, dans certains cas c'était très proche de l'impossible, quoi de plus normal après le choc que beaucoup de shiinuens avaient subi lors de cette attaque dont tout le monde a eu vent, pour ceux qui n'en ont pas souffert.

La stupidité, est-ce que le fait d'être gentil pouvait si facilement être relié à la stupidité ? Il paraissait que oui mais, le fait était que le jeune Karot avait beau être le plus gentil des hommes, il n'en était pas pour autant stupide... Il avait un jugement plus ou moins critique et il ne laissait pas ses sentiments entrer en compte pour décider d'une chose ou d'une autre, cela serait trop stupide justement. C'était peut-être les sentiments qui aidaient à choisir mais c'était aussi ces derniers qui empêchaient d'avoir un jugement juste. Prenez par exemple, si le Fighter avait écouté ses sentiments, nul doute qu'il aurait déjà tenté de raccourcir la liste des personnes à abattre, il aurait déjà tenté de tuer le jeune homme qui lui faisait face... Mais pourquoi n'en avait-il rien fait ? Tout simplement car son jugement régit par la logique lui avait conseillé de faire connaissance avec ce dernier avant toute chose... Il fallait toujours réfléchir et analyser avant de parler... Enfin, pas toujours, des fois, l'instinct était le plus fidèle de tous les alliés.

Le but, car l'homme en question semblait douter des véritables intentions du jeune homme qu'était Karot, comme si il avait un autre objectif que celui de faire connaissance avec cette homme, dans cette église, à cet instant... Pourquoi donc mentirait-il à un homme qu'il était capable d'exécuter sur le champ ? Peut-être pas si facilement que ça vu qu'il ne fallait jamais se fier aux apparences mais, quoi qu'il en fut il aurait très bien pu engager le combat depuis longtemps déjà alors... Pourquoi ne l'avait-il pas fait ? Tout simplement parce qu'il n'avait aucun but caché. Le fait que l'inconnu, si on pouvait encore l'appeler comme cela, mette sa main sur son torse pile au niveau du cœur ne le gêna pas plus que cela, il s'en foutait à dire vrai.

"Te tuer ne m'apporterait aucun réconfort, même pas un petit peu de plaisir ou un peu peu de ce sentiment qui pourrait me faire croire que j'ai vengé mes amis. Rien ne les ramènera, ni votre mort ni rien d'autre. La seule chose qui peut honorer leur mémoire est totalement différente de votre mort dans un sens. Je n'ai aucun but particulier si ce n'est mettre fin à la guerre, je n'ai rien à perdre et ce que je veux savoir de toi ne concerne aucunement le Gouvernement. Je sais déjà ce que j'ai à faire pour ce dernier, ou plutôt contre celui-ci devrais-je dire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



Messages : 17
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 27


« Identité »
Clan, Sous clan: Police, Scientists
Race: Spectre
Plus:

MessageSujet: Re: Prions pour les défunts [PV : Nathanaël Clarin][Terminé] Mer 13 Juil - 16:14

Nathanaël en avait plus que marre de cette ambiance. La pluie tombait sans cesse, devenant un peu plus intense pendant un certain temps, elle ruisselait entre les roches et bientôt, dans cette Eglise abandonnée, l’atmosphère devint humide. Il faisait plus froid qu’à son arrivée et si ça continuait, il allait chopper la crève surtout qu’il était encore mouillé. Mais pour le moment, pouvait-il se permettre de mettre fin à cette « conversation » avec ce Rebel ? Si jamais il y mettait fin, comment l’autre allait se comporter ? Le laisser partir comme si de rien n’était ou bien l’attaquer dans le dos, tel un lâche sans but et totalement perdu ? Non, Karot n’était pas ce type d’énergumène, il n’allait pas l’attaquer dans le dos. Il n’avait pas cette mentalité, au contraire, il semblait calme et réfléchi. Cette rencontre lui en avait sûrement un peu plus dit sur les Forces de l’Ordre. Nath’ le regarda encore un peu, attendant sa réponse. Si jamais il avait envie d’en donner une. Mais le scientifique n’obtenait rien là, il était stressé à l’idée d’avoir perdu du temps. Stressé et angoissé d’avoir rencontré un Rebel et de ne rien pouvoir « faire » sur lui. Une personne de la Police se serait jetée sur lui et l’aurait mis en prison mais pour un scientifique, c’était différent. Il n’était pas comme ça, il n’abimait pas les choses avant de les avoir examiné. Peut-être devra-t-il faire silence sur ce coup ? Mais est-ce que cela aura des conséquences sur ses supérieurs ? Après tout, le Gouvernement était en pleine chasse contre les Rebels, en laisser un en cavale…

Karot était un homme intéressant. Dommage qu’il soit dans le camp « adverse », le scientifique se serait fait un plaisir fou à l’examiner de partout. Mais le fait qu’il soit un Rebel change tout ; il faut d’abord le maîtriser, faire en sorte qu’il ne s’échappe pas et accepte qu’on s’occupe de lui. Non, il n’a pas à accepter, lorsqu’on est dans le Gouvernement, on commande, on n’a pas besoin de demander l’autorisation de l’examiné. Mais là, ce serait une sacrée perte, il était parfait ! Tant mentalement que physiquement ! Nath’ eut du mal à se retenir, de lui ouvrir le ventre, de chercher le petit défaut que ce corps abritait. Malheureusement, il n’avait pas les outils nécessaires pour une opération, juste ses cigarettes. Tiens, d’ailleurs, cela faisait un moment qu’il n’avait pas fumé. Mais pouvait-il se permettre de fumer dans ce lieu ? Même si physiquement, elle n’était plus trop en état de recevoir des fidèles, elle n’en restait pas moins spirituelle.

Le Rebel brisa le silence, les goutes de pluie éclatant sur la roche étaient masquées par les paroles de Karot ; en effet, Nathanaël n’était pas ceux qui avaient détruit Shiinu auparavant. Alors le tuer ne lui apporte rien. Tant pis, il lui tendait une possibilité. Mettre fin à la guerre, il en a bien du courage et de la motivation. Un rêve utopique pour certains. Karot y croyait dur comme fer mais pour le scientifique qui n’avait pas connu cet enfer, c’était une peine perdue. Le Gouvernement s’était bien trop installé dans le palais, l’école était son QG. Il sera dur de faire balancer la donne. Nath’ recula un peu, se séparant de lui.

« Tu es motivé et contre ça, je ne peux rien y faire. Malheureusement, il vous faudra plus que de la motivation pour y parvenir. Le Gouvernement ne se laissera pas faire mais ça, tu le sais. » lâcha-t-il avec un petit sourire.

Nathanaël se positionna à quatre mètres de lui, toujours en face. La porte était juste derrière lui, à deux mètres de son dos. Si jamais cela tournait mal, aura-t-il le temps de s’enfuir ? Vu la corpulence de Karot, il devait avoir une bonne endurance, ce ne sera pas facile de lui échapper. Non, il ne le suivra pas car il en avait rien à faire de lui, de ce petit scientifique. Ouf, voilà une bonne chose à entendre mais cela ne voulait sûrement pas dire qu’il le laissera « partir ». Le vert mit ses mains dans ses poches de blouse et sortit dans l’une d’elle, un paquet. Il prit une cigarette entre ses lèvres et remit le paquet dans sa poche. Le briquet restera au fond, finalement, il se trouvait dans un lieu Sacré. Le scientifique posa ses yeux sur le Rebels.

« Il est dommage de gaspiller des vies. Réfléchissez bien avant de faire quoi que ce soit. Le Gouvernement s’attend également à une éventuelle attaque de vôtre part. »

La pluie semblait se faire plus discrète, le ciel était moins chargé, laissant quelques rayons de Soleil éclairaient la Terre désolée de Shiinu. Des rayons parvinrent à pénétrer dans l’Eglise, l’éclairant d’avantage. Mais l’air n’en restait pas moins humide. Il faisait trop humide et l’odeur d’enfermement se fit sentir. Nathanaël avait horreur de ça, ça lui rappelait les laboratoires. Aussi, prit-il l’envie d’ouvrir la grande porte pour aérer cette Eglise. Il pleuvait encore mais ce n’était qu’une fine pluie, la tempête était passée. Le scientifique sortit de l’Eglise et leva ses yeux au ciel, toujours la clope aux lèvres. Ca faisait du bien de sortir, de ressentir l’air frais. Puis, il se retourna vers Karot, le Rebel et s’alluma sa cigarette. Il fuma tranquillement, mains dans les poches de sa blouse, regardant le désastre qu’était devenu cette Eglise. Dans l’Ancien Temps, avant la guerre, elle devait être plus grande et plus rayonnante, les gens devaient se presser pour prier leur Seigneur. Maintenant, ce n’était plus que désolation. Le Gouvernement avait été trop loin mais pouvait-on se permettre de changer de camp juste en voyant « ça » ? Mais au final, état-il coupable de cette désolation ? Avait-il été jusqu’à défier les Dieux ? Nath’ baissa la tête et ferma ses yeux, inspirant par moment et relâchant la fumée par la bouche en levant sa tête en l’air.

« Finalement, vous en avez peut-être le pouvoir… de changer tout ça. » murmura-t-il pour lui-même.

Ou peut-être pas. Personne ne le sait vraiment…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Leader des Fighters
Mage Dragon


Messages : 173
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 23
Localisation : Partout


« Identité »
Clan, Sous clan: Rebels, Fighters
Race: Sorcier du Feu
Plus:

MessageSujet: Re: Prions pour les défunts [PV : Nathanaël Clarin][Terminé] Jeu 14 Juil - 15:28

Comme vous l'avez sûrement deviné, Karot pensait que le temps montrait aussi sa peine suite à la mort des tous les anciens Shiinuens en pleurant une averse... Le fait que la pluie commençait à s'arrêter ne signifiait cependant pas que le temps était moins triste, non... Cela voulait juste dire que celui-ci savait que continuer à pleurer ne servirait à rien, aussi laissait-il sa trace en humidifiant tout ce qu'il avait touché et en faisant disparaître petit à petit ses larmes... Laissant tout de même un ciel grisâtre et aussi triste que l'étaient tous ceux qui avaient perdu un proche. Le froid qui prenait petit à petit place dans l'Eglise semblait être celui qui rappelait que beaucoup étaient morts, car un cadavre était froid vous savez... Lorsqu'on mourait, on perdait petit à petit sa chaleur pour devenir glacial et c'était ce que le temps faisait... Il ne mourait pas pour autant, du moins pas pour l'instant. Il faisait juste passer un message que les gens avaient apparemment du mal à comprendre ce qui était des plus tristes, vraiment.

Ce qui rendait le temps et le ciel tristes, vous le savez déjà... Les deux camps principaux qui s'étaient formés à Shiinu sous la forme des Rebels contre le Gouvernement était synonyme de déchirement et de morts... Car tant qu'il y aurait la guerre, il y aurait des cadavres qui continueraient petit à petit à s'entasser... Le nombre de morts ne se comptaient désormais plus d'un côté comme de l'autre... La vengeance prenait petit à petit le pas sur l'espoir et tout ce qui était bénéfique était effacé par des émotions néfastes et par la mort... C'était une vérité dont Karot était conscient mais qui ne touchait pas tout le monde, il était juste question d'une partie de ces personnes qui participaient à cette Guerre, il y en avait d'autres qui réagissaient d'une façon totalement différente... Chacun avait sa façon de faire pour résumer les choses en une simple petite phrase qui voulait pourtant tout dire. C'était vraiment triste encore une fois mais... Dîtes-moi ce qui n'était pas triste ?

Karot savait bien que la motivation seule ne lui permettrait pas de renverser le Gouvernement, à lui et à tous les Rebels... Mais Nathanaël semblait oublier qu'il n'y avait pas que la motivation qui était présente chez les Rebels, ils avaient déjà fait beaucoup contre le Gouvernement et ils n'étaient pas prêts d'arrêter si vous voulez tout savoir... Vous pensez que le Gouvernement était au courant des infiltrés qu'il y avait chez eux ? Ils n'arrivaient pas non plus à contenir les Fighters qui commençaient à prendre de plus en plus de poids... Mais les Fighters n'étaient que la face que tout le monde pouvait voir, la face cachée était celle qui était constituée des Spies et des Insanes aussi... Car les membres de cette dernière catégorie n'étaient pas seulement fous, ils œuvraient aussi très bien contre le Gouvernement mais tout cela... Ce dernier n'en avait même pas idée et il était donc normal que le jeune homme non plus ne le sache pas. Mais Karot n'était pas stupide, il n'allait pas lui dire tout cela.

Le scientifique s'était rapproché de la porte... Voulait-il s'enfuir ? Si c'était le cas, Karot le laisserait faire, il ne voulait pas gaspiller de vies ou de temps pour entretenir une mini guerre qui n'arrêterait pas la vraie guerre. Si il avait été de la police, cela aurait été différent car Nath' se serait sûrement jeté sur lui pour le mettre en prison et dans ce cas... Le jeune Leader des Fighters n'aurait eu d'autres choix que de se défendre et vous le savez tout aussi bien que moi. Mais il s'avérait qu'il était tombé sur quelqu'un de réfléchi et c'était vraiment tant parce qu'il aurait détesté avoir à le tuer ou à le mettre hors d'état de combattre... Il était venu se recueillir, pas verser plus de sang qu'il n'en avait déjà été versé durant ces trois années de souffrance pour tous ceux qui vivaient à ce qui avait un jour été Shiinu. Enfin, pour les Rebels cela resterait toujours Shiinu mais pour le Gouvernement, ce n'était qu'une base avec pleins de spécimens à réduire en esclavage ou à étudier, c'était risible...

Le spectacle de la désolation créée par le Gouvernement semblait profondément toucher Nathanaël tandis que celui-ci avait ouvert la grande porte de l'Eglise pour fumer sans profaner ce lieu sacré. Pourquoi était-il devenu un membre des Forces de l'Ordre ? Sûrement parce qu'il pensait comme beaucoup que c'était de ce côté que se trouvaient tous les avantages... Car les Forces de l'Ordre étaient considérés comme le camp le plus fort mais ce n'était pas vrai, ils étaient juste plus nombreux et la preuve en était que... Malgré toutes les années et toutes leurs tentatives, les membres du Gouvernement n'avait jamais réussi à détruire les Rebels. Karot venait d'apparaître à côté de Nathanaël lorsque celui-ci se dit à lui-même que tout compte fait, ceux qui combattaient le Gouvernement pouvaient peut-être tout changer... Mais il pensait sans doute aussi que l'inverse était aussi une possibilité... Karot le regarda alors droit dans les yeux et avec son magnifique sourire s'adressa à lui.

"Nathanaël.. Pourquoi tu restes avec le Gouvernement ? Tu es bien plus humain que ces monstres. Tu serais beaucoup mieux parmi les Rebels... Nous avons aussi des scientifiques tu sais et puis tu sais qu'il n'y a que la mort au bout du chemin que tu as choisi. Je pourrais peut-être te tuer aujourd'hui, alors quelqu'un d'autre pourrait te tuer un autre jour. Tu as le droit de changer d'avis mais si tu ne veux pas je n'en tiendrai pas rigueur. Réfléchis-y."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



Messages : 17
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 27


« Identité »
Clan, Sous clan: Police, Scientists
Race: Spectre
Plus:

MessageSujet: Re: Prions pour les défunts [PV : Nathanaël Clarin][Terminé] Jeu 21 Juil - 17:52

Le temps s’était rapidement rafraichi, normal après une telle tempête. La pluie cessant, des goutes perlaient sur les feuilles et tombèrent sur le sol, formant des flaques. Le ciel était encore sombre, quelques rayons solaires réussirent à passer à travers cette masse nuageuse, éclairant l’Eglise et les deux jeunes gens. Le scientifique leva sa tête en l’air et fuma tranquillement, respirant l’air frais par les narines et rejetant la fumée ensuite. Le Rebel s’approcha de lui et sans arrières pensées, sans aucune once de terreur ou une quelconque attaque, le regarda. Nathanaël cessa de regarder le ciel et leurs regards se croisèrent. Une éventuelle confrontation ? Après tout le Rebel en avait peut-être marre de « discuter » avec un ennemi ? Alors, allait-il l’attaquer ou bien le laisser fuir ? Qu’est-ce que ce sourire venait faire là ? Nathanaël prit sa cigarette entre ses doigts, devait-il s’attendre à quelque chose de physique ? Genre une frappe, un coup de poing ? Mais qu’est-ce qu’il a fait ?!

Karot brisa le silence qui pesait depuis la sortie du scientifique. Posant diverses questions à son interlocuteur, essayait-il de soutirer des informations à Nathanaël ? Non, elles étaient personnelles. Elles s’adressaient tout d’abord au scientifique. Pourquoi il était du mauvais côté, Karot tenta de dissuader Nathanaël de quitter cette organisation. Cependant, le scientifique n’avait pas vraiment envie. Le Gouvernement était venu le chercher directement chez lui, le forçait à faire toutes ces expériences sur des cobayes. Il était nourris et logé, en sera-t-il ainsi si jamais il quitter le Gouvernement et se retrouverait chez les Rebels ? Non, il ne devait pas penser ainsi ! Ca place était au Gouvernement. Le scientifique reporta sa cigarette à ses lèvres et se remit à fumer. Les mains dans les poches.

« Pourquoi je reste au Gouvernement ? Tout simplement parce que je n’ai pas le choix. Mais merci du compliment. » lâcha-t-il avec le sourire.

Le scientifique termina tranquillement sa cigarette et au lieu de jeter le bout, il le remit dans sa boîte avant de l’avoir préalablement écrasé sous la plante de ses pieds. Puis il remit ses mains dans les poches de sa blouse. Un vent léger mais froid s’installa autour d’eux, comme s’il allait subitement neiger. Le ciel gris et sombre en était la preuve mais malheureusement, ce n’était pas encore la saison. Décidément, il faisait bien froid ce mois-ci.

« Je suis conscient qu’un jour ou l’autre, je terminerais au fond du gouffre. Que ce soit toi ou un autre aussi. »

Nathanaël se tourna complètement et fit face à Karot. Si ce Rebel pouvait prendre de tels décisions, alors il était bien place dans son groupe. S’il parlait de ça avec lui, c’est qu’il avait un but bien précis, pourquoi faire de Nathanaël un membre des Rebels ? S’ils avaient des scientifiques, des médecins, alors pourquoi ? Pour lui soutirer des informations. Pour attaquer le Gouvernement de l’intérieur. Mais Nathanaël est un lâche, jamais il ne pourra quitter un tel refuge. Le Gouvernement a besoin de scientifiques pour contrecarrer les plans des Rebels, créer de nouvelles espèces plus fortes. Et comme dit précédemment, Nath’ était logé, « gratuitement ».

« Je refuge ton offre. Je suis très bien dans mon petit laboratoire. »

Le scientifique soupira. Il n’avait nullement envie de quitter son groupe pour en gagner un nouveau. Si jamais cela venait à arriver, que fera-t-il dans son nouveau groupe ? Soigner les blessés ? De toute façon, le Gouvernement se mettra à sa recherche et le tuera pour traitrise. Et là, je doute que la Faucheuse viendra une seconde fois sur son lit de mort lui donner une troisième chance de vivre. Il avait eu ce choix, cette chance de pouvoir renaître, alors ce serait idiot de tenter le Diable ? Aussi, préféra-t-il de rester dans l’Ombre pour continuer ces expériences insolites et inhumaines. Là, personne ne le gênera et qui sait, peut-être que finalement, les Rebels viendront le tuer le jour promis.

« Je vais faire en sorte d’oublier cette rencontre. Oublier que j’ai croisé un Rebel. C’est mieux ainsi, non ? »

Nathanaël se détacha du jeune homme et commença à se diriger vers le chemin précédemment emprunté pour arriver sur les lieux. Il marcha calmement, puis à quelques mètres de là, il sortit à nouveau son paquet de cigarettes et en sortit une autre qu’il coinça entre ses dents puis ses lèvres. Il remit son paquet dans sa poche et de l’autre, il sortit un briquet. Ca n’allait pas, il fumait trop depuis peu, trois cigarettes en à peine deux heures, il n’allait pas bien. Cette rencontre avec ce Rebel l’avait complètement stressé, à plusieurs reprises il aurait pu le tuer. Et si finalement, il allait bondir derrière son dos, l’attaque par derrière ? Non, ce Rebel était différent de tous ceux qu’il avait pu rencontrer dans son laboratoire ou dans le QG des Forces de l’Ordre. Il était réfléchi et calme, intelligent et plein de sagesse. Peut-être était-ce une bonne chose qu’il soit dans le camp adverse, qu’il ne soit pas chez les barbares…

« Au plaisir de t’avoir rencontré Karot Ryuu. A plus. » lâcha-t-il continuant sa marche.

Puis marchant à pas réguliers, il quitta le lieu-dit, l’Eglise et le Rebel. La pluie avait cessé, les rayons solaires réussirent à passer les nuages, éclairant totalement le lieu Saint. La journée se terminait ainsi pour Nath’, il allait rentrer dans sa piaule, fumer encore des cigarettes en repensant à tout ça. Puis, il finira par s’en lasser et dormira. Demain sera une nouvelle journée d’expérience et de paperasse en tout genre.


[Nathanaël Clarin désengagé]


[Hrp : merci beaucoup pour ce rp ^^ au plaisir de te revoir ! Je te laisse conclure ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Leader des Fighters
Mage Dragon


Messages : 173
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 23
Localisation : Partout


« Identité »
Clan, Sous clan: Rebels, Fighters
Race: Sorcier du Feu
Plus:

MessageSujet: Re: Prions pour les défunts [PV : Nathanaël Clarin][Terminé] Sam 13 Aoû - 16:44

Alors comme ça, il n'avait pas le choix hein ? Mais pourquoi ne possédait-il pas le choix de faire ce qu'il désirait de faire ? Avait-il une raison particulière pour prétendre ne pas avoir le choix ? L'avait-on forcé à faire partie du Gouvernement ou faisait-il parti de tous ces lâches qui avaient rejoint le Gouvernement car ils avaient estimé les différentes forces et qu'ils avaient estimés que ce dernier était le plus puissant et donc celui où il était le plus à l'abri. Pour son cas, on ne pouvait pas vraiment dire qu'il était aussi répugnant que ceux auxquels pensait le jeune Fighter, car ceux auxquels pensait ce dernier étaient ceux qui avaient trahi Shiinu en rejoignant les Forces de l'Ordre pour éviter d'être capturé, traqué, ou tué. Il n'était même plus question de fierté à ce niveau-là, surtout que tout le monde avait perdu un être qui lui était plus ou moins cher lors de ce qu'on pouvait appeler cette guerre qui avait plus été une invasion qu'autre chose contrairement à la Guerre actuelle.

Il était conscient qu'il allait finir au fond du gouffre ? Alors pourquoi restait-il avec ceux qui allaient le pousser jusqu'à la mort ? Peut-être n'avait-il pas le choix à nouveau... Le sort réservé aux traîtres était vraiment horrible d'après ce que Karot avait pu entendre. De tous ceux qui avaient trahi le Gouvernement et qui avaient été retrouvé par celui-ci, tous avaient survécu à la torture mais celle-ci avait été telle qu'ils auraient préféré être tout simplement exécutés... C'était pour vous dire à quel point les Forces de l'Ordre étaient cruelles mais aussi à quelle point elle mettait la pression sur ceux qui faisaient parti de leurs rangs, pour éviter d'en perdre sûrement... En tout cas, on ne pouvait pas dire qu'il était facile de faire changer de camp quelqu'un qui était affilié au Gouvernement. Surtout que les Rebels étaient une organisation composée de beaucoup de mystères donc on ne pouvait pas être sûrs d'être en sécurité tant qu'on y était pas entrée... Et pour y entrer, il fallait être membre.

Il avait refusé son offre ce qui n'étonna pas vraiment Karot pour toutes les raisons données plus haut. Il aurait bien entendu préféré que ce dernier décide de changer de camp car ils auraient pu devenir de très bons amis mais il ne pouvait pas le forcer à faire ce choix. Contrairement à ceux du Gouvernement, les Rebels ne forçaient jamais une personne à rejoindre ses rangs, ils se respectaient les uns les autres et respectaient aussi le choix de chacune des personnes avec lesquelles ils avaient une relation qu'elle soit amicale ou autre. Karot était sûrement l'un de ceux qui était le plus comme cela mais il n'était sûrement pas le seul non plus, il avait pris exemple sur son père après tout donc cela signifiait bien qu'il devait y avoir d'autres personnes avec une mentalité de ce genre, non ? Enfin, le jeune Leader des Fighters n'en avait en fait aucune idée, il savait juste que c'était comme cela qu'il se sentait bien et que c'était tout simplement son caractère à lui, rien de plus rien de moins.

Oublier cette rencontre hein ? Il était vrai que c’était sûrement le mieux pour un membre du Gouvernement s’il voulait éviter de se faire blâmer pour ne pas avoir respecté une mission importante pour eux… Quoi qu’attraper les Rebels n’était pas vraiment le travail des scientifiques, ces derniers n’ayant pas autant d’aptitudes au combat que les Forces de l’Ordre par exemple. Bien sûr, ils étaient capable de se défendre et même de capturer certains Rebels mais dès qu’il s’agissait de la classe des Fighters cela pouvait devenir un petit plus problématique pour eux… Comme l’indiquait le nom de cette classe des Rebels, ils étaient des combattants très bien entraînés et Karot en était le chef… Cela suffisait à vous donner une idée de sa force non ? Mais il pouvait aussi bien perdre contre n’importe qui, après tout être le Leader ne signifiait pas forcément être le plus fort bien qu’il semblait que c’était le cas… Enfin, à rien ne servait de faire des classements de force au sein du groupe puisqu’ils avaient de toute façon tous le même objectif. Revenir à leur vie d’avant sans le Gouvernement.

Oui, rencontrer Nathanaël avait vraiment été un plaisir pour le jeune Leader des Fighters et de toute évidence ce plaisir avait été partagé ce qui remplissait d’aise le jeune homme. Bien entendu, cela aurait été beaucoup mieux s’ils n’étaient pas issus de deux camps totalement différents et de toute façon ennemis par la force des choses… Mais bon, peut-être qu’un jour ils finiraient par devenir alliés… Mais vu qu’il valait mieux oublier ce qu’il s’était passé aujourd’hui, il y avait peu de chances que cela arrive mais bon… On pouvait toujours se permettre d’être optimiste non ? En tout cas c’était le cas de Karot depuis toujours mais vous devez sûrement le savoir si vous le connaissez un minimum. Le jeune Sorcier était vraiment quelqu’un de particulier pensaient certaines personnes, d’autres disaient qu’il était bizarre, d’autres encore le qualifiaient d’extraordinaires… Karot n’avait jamais pris en compte toutes ces interprétations de son caractère pour sa manière de faire. Pourquoi l’aurait-il fait de toute manière ?

"Alors au revoir Nathanaël. J’ai vraiment été heureux de te rencontrer."

[Merci à toi, au plaisir oui ^^. Désolé du retard si on peut dire x]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Prions pour les défunts [PV : Nathanaël Clarin][Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Prions pour les défunts [PV : Nathanaël Clarin][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Endless War :: RPG - LA VILLE. :: Quartier commercial. :: Église.-